Mode

No bra : pourquoi de plus en plus de femmes laissent tomber le soutien gorge ?

Créé dans les années 1880, le soutien-gorge était considéré comme l’invention du siècle. Cependant, ce sous-vêtement est délaissé par plusieurs femmes pour diverses raisons. Cet abandon généralisé a fait l’objet de plusieurs mouvements féministes. No bra est le challenge le plus connu qui a incité beaucoup de femmes à arrêter de porter leurs soutiens-gorge. Découvrez ici les raisons de cette tendance du XXe siècle.

L’inconfort des soutiens-gorge

L’inconfort du soutien-gorge est la principale raison qui justifie l’abandon de ce sous-vêtement par de nombreuses femmes. En effet, beaucoup parmi les adeptes de la tendance No bra affirment que cette lingerie comprime les seins. Aussi, son armature composée de métal enroulé de tissu exerce une pression sur le buste.

A découvrir également : Comment s'habiller pour une soirée chic ?

Ainsi, de nombreuses femmes ont exprimé leur indignation par rapport à l’inconfort qu’elles ressentent en portant le soutien-gorge. Ces dernières pointent du doigt les marques que les bretelles tracent sur la peau. Les traces entraînent des irritations cutanées chez certaines femmes. Notez que la liste des désagréments causés par le soutien-gorge est relativement longue.

L’inconfort ressenti en portant le sous-vêtement varie d’une femme à une autre. D’ailleurs, une poignée de la gent féminine signale qu’elle rencontre des difficultés à trouver la bonne taille du soutif. Ainsi, ces femmes sont obligées de passer plusieurs minutes dans les boutiques de shopping pour dénicher le soutien-gorge idéal.

A lire aussi : 10 détails qui plaisent aux femmes

La recherche d’une liberté pour la poitrine des femmes

À y voir de plus près, l’abandon de cette lingerie a toujours été un phénomène réel dans les sociétés anciennes et actuelles. En réalité, face à l’inconfort ressenti dans le soutien-gorge, de nombreuses femmes et jeunes femmes ne portent pas ce sous-vêtement à la maison. Ainsi, elles affirment ressentir une certaine liberté après avoir passé la journée dans un soutif.

De ce fait, ce désir d’autonomie manifeste justifie l’engouement de plus en plus de femmes à délaisser le soutien-gorge. D’aucuns affirment qu’elles ont acquis ce réflexe en s’habillant quelques fois sans soutif pour aller faire les emplettes. Aussi, une grande majorité de femmes ne portent pas ce sous-vêtement pendant les week-ends.

C’est ainsi que la tendance l’abandon du soutien-gorge s’est généralisé. Il est important de signaler que le réchauffement climatique accentue l’inconfort que les femmes en soutif ressentent au niveau de la poitrine. Ces dernières années de plus en plus d’individus du sexe féminin optent pour les vêtements décontractés en été. Elles prônent de ce fait pour un habillement relaxe sans soutif.

Les anciennes revendications relatives au soutien-gorge

soutien gorge

De nombreux experts analysent les relations entre l’abandon du soutien-gorge et quelques anciennes manifestations féministes. Ces réflexions permettent de conclure que la remise en question du sous-vêtement s’est faite étape par étape. En effet, la première contestation relative au soutien-gorge remonte dans les années 1968.

À l’époque de nombreuses féministes américaines ont brûlé des soutiens-gorges pour obtenir une amélioration sur les modèles en vente de l’époque. Ce symbole gravé dans le temps a conduit les femmes françaises des années soixante-dix à se baigner la poitrine nue. Le mouvement a été porté par des actrices internationales de cette période qui apparaissent en public avec les seins nus sous leur tailleur.

Pour accompagner ces tendances de liberté pour la poitrine féminine, Camille Froidevaux-Metterie publie Seins : en quête d’une libération. L’ensemble de ces actions a conduit à la modification de la forme des soutiens-gorge de l’époque. La forme des tétons a été supprimée avec la création des soutiens-gorges à coques. Ainsi, ces anciennes revendications continuent de motiver les mouvements relatifs à l’abandon des soutifs.

Le libertinage chez la jeune génération de femmes au XXIe siècle

Bien que la forme des soutifs réponde aux attentes sociales et esthétiques, l’abandon des soutiens-gorges continue au fil des années. En 2012 et 2018, de nombreuses féministes ont entamé une lutte contre l’utilisation de ces sous-vêtements pour femme. Ces activistes incitent leurs auditeurs à ne pas porter de soutien-gorge volontairement.

Le challenge de No bra a conquis plusieurs femmes dans le monde qui vivent l’inconfort de leur sous-vêtement. Ainsi, la tendance est devenue une habitude pour la jeune génération de femmes qui n’ont point de complexe à mettre en valeur leur corps. Ainsi, elles ont découvert au bout de quelques mois de pratique, des avantages à l’absence du soutien-gorge pour soutenir la poitrine.

En réalité, de nombreuses jeunes femmes de moins de 25 ans affirment que ne plus porter le soutif leur a permis de redécouvrir leur corps. Pour ces dernières, avoir la peau libre, notamment les seins permet de se sentir plus féminin. Aussi, bon nombre de ces activistes confient que l’abandon du soutien-gorge simplifie l’habillement.

Quelques résistances à la tendance No bra

Malgré l’ampleur de l’abandon du soutien-gorge, de nombreuses femmes continuent de porter ce sous-vêtement. Bon nombre de ces femmes, notamment une bonne poignée de femmes de la jeune génération craignent les regards et les agressions sexuelles.

Selon une étude, laisser apparaître les tétons sous son vêtement est encore mal vu dans certaines sociétés. Aussi, beaucoup de jeunes femmes subissent des regards érotiques, des remarques indiscrètes, voire des insultes sexistes à cause de leurs seins.